Livres

Education populaire, une utopie d'avenir

Comité de lecture de Comprendre notre époque: Cet ouvrage retrace la grande aventure du mouvement d’éducation populaire, initié à la révolution française par la déclaration de Condorcet sur l’importance de l’instruction pour l’​égalité du citoyen, mais véritablement commencé avec la ligue de l’enseignement de Jean Macé en 1866 qui a inauguré le​s​ bibliothèques et les comités scolaires. L’histoire riche et tumultueuse de l’éducation populaire continuée avec le front populaire et l’action de Léo Lagrange, le conseil national de la résistance, le mouvement du scoutisme, les maisons de jeunes et de la​ ​culture, etc.

Continuer la lecture

POUR PENSER LE DEVENIR DES RELATIONS SOCIALES ET DU « VIVRE ENSEMBLE » A L’ERE DU COVID 19, NOUS AVONS SELECTIONNE DES TEXTES DE PHILOSOPHES, SOCIOLOGUES, ANTHROPOLOGUES, ECRITS PENDANT LE CONFINEMENT.

Par

POUR PENSER LE DEVENIR DES RELATIONS SOCIALES ET DU « VIVRE ENSEMBLE » A L’ERE DU COVID 19, NOUS AVONS SELECTIONNE DES TEXTES DE PHILOSOPHES, SOCIOLOGUES, ANTHROPOLOGUES, ECRITS PENDANT LE CONFINEMENT. “Anti-éloge du chez-soi - Et si chez soi intérieur rimait avec échappées belles et grands espaces ?” France Culture - 10 avril 2020 Géraldine Mosna-Savoye – Productrice de l’émission « Journal de la philo » https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/anti-eloge-du-chez-soi Extraits Le Covid-19 a modifié notre rapport à l’espace.

Continuer la lecture

L'individu incertain

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Jean-Luc GODARD, dans son film de la nouvelle vague “Pierrot le fou”, sorti en 1965, faisait dire à Anna Karina “ Qu’est-ce que je peux faire, je sais pas quoi faire ?” Il illustrait métaphoriquement à sa manière le propos du livre d’Alain Ehrenberg. L’individu incertain, c’est celui qui doit donner un sens à sa vie par lui-même, à partir de son individualisme.

Continuer la lecture

Aliénation et accélération - Vers une théorie critique de la modernité tardive

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Harmut ROSA montre que l’accélération incessante actuelle est très liée à la fin des grands récits pour une grande partie de nos contemporains (utopies, paradis, mythe du progrès, etc.). Ces récits nous promettaient des lendemains qui chantent, une vie meilleure de la société, l’éternité, etc. et nous pouvions patienter, accepter notre sort lorsqu’il était difficile, l’espoir étant permis. Aujourd’hui, beaucoup veulent profiter, voir, voyager, découvrir, faire le plus d’expériences possibles dans cette vie.

Continuer la lecture

La société postmortelle - La mort, l'individu et le lien social à l'ère des technosciences

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Céline LAFONTAINE nous fait toucher du doigt les conséquences dans notre vie de tous les jours, de l’évitement et du déni du vieillissement et de la fin de la vie. Cet état de fait entraîne une multitude de conséquences dans notre rapport aux anciens, à notre propre vieillissement, et par conséquent, du délitement du lien entre générations. Résumé : Faire reculer la mort, agir sur ses causes, en modifier les frontières, contrôler l’ensemble de ses paramètres, comprendre son processus afin de prolonger le plus longtemps possible la vie, voire dépasser les limites temporelles assignées à l’existence humaine, tels sont les objectifs poursuivis sans relâche par les autorités scientifiques et politiques, au point que la santé est devenue l’une des préoccupations majeures de nos sociétés.

Continuer la lecture

« Solastalgie » : quand la peur de l’effondrement rend malade

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Cet article nous montre que les problèmes psychologiques que l’on peut avoir ne viennent pas uniquement des parents, de son enfance, etc. mais peuvent avoir des origines dans ce qui se passe dans notre époque. Ce constat établit un lien avec la thèse de Miguel Benasayag dans plusieurs de ses ouvrages, notamment “clinique du mal-être”, qui montre que les crises de l’époque influent sur les problèmes psychologiques de personnes en souffrance.

Continuer la lecture

Non-Lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Pour Marc AUGÉ, un non-lieu est l’exact contraire d’un lieu chargé de sens. C’est un endroit dont sont absents la relation aux autres, la reconnaissance de l’identité et une histoire commune. Se trouver pour une heure dans un aéroport, type même du non-lieu peut être agréable ou grisant. Mais vivre en permanence dans des non-lieux, c’est la solitude garantie. A l’inverse, un lieu rempli de relations, d’histoire et dans lequel on reconnaît son identité, est chargé de sens, mais, pour Marc Augé, peut être trop pesant pour l’homme moderne, car enfermant.

Continuer la lecture

Petite poucette

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Cet ouvrage de Michel SERRES est d’une grande limpidité. Il montre notamment comment beaucoup d’enseignants continuent à lire en amphi des polycopiés qu’ils ont distribué aux étudiants, alors que ceux-ci seraient tout-à-fait capables d’aller chercher l’information sur Internet par eux-mêmes. Ce dont ont besoin les petites poucettes de Michel Serres, ce n’est pas d’information et de connaissance, mais de formation de l’esprit. C’est le grand défi de ce XXIème siècle !

Continuer la lecture

Connaissance, ignorance, mystère

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : D’expérience, il n’est pas toujours évident et facile d’aborder nombre d’ouvrages d’Edgar Morin. Mais cet ouvrage d’une grande limpidité nous rappelle que beaucoup de mystères restent entiers (et le resteront peut-être encore longtemps…). Mais surtout, Edgar Morin nous fait réfléchir sur l’équilibre dans nos existences entre la part de prosaïque et la part de poétique. Il considère, quant à lui, que le prosaïque a largement pris le dessus.

Continuer la lecture

Fonctionner ou exister

COMITE DE LECTURE COMPRENDRE NOTRE EPOQUE : Cet ouvrage de Miguel BENASAYAG rend accessible des éléments de son œuvre, qui est riche et à découvrir par ailleurs. En montrant que nous avons tendance à nous considérer nous-mêmes et nos semblables comme des machines fonctionnant, nous finissons par oublier d’exister. Tout dans notre époque nous pousse à adopter ce paradigme de l’homme-machine : la gestion économique, la gestion de notre développement physique et psychologique, la comparaison entre l’intelligence artificielle et un organisme vivant, etc.

Continuer la lecture